• Reggae, Résistance et Solidarité

     

     

    Comment bouger sa voix et ses neurones à partir d'une chanson actuelle ? Proposition de différentes pistes d'études à partir d'une chanson de style rap et reggae : « I'm not rich » de Blacko et The King's son (01. 2015)

    Etude du style reggae avec sa rythmique et son tempo particuliers/ Approche des textes propres à ce style qui dénoncent les guerres et les inégalités

    Parcours chronologique mais diversifié à partir des chansons françaises sous l'occupation allemande pendant la deuxième guerre mondiale jusqu'au reggae jamaïquain de Bob Marley

     

    Motivés par Zebda

    Version concert Toulouse 2012 

     

    Le Chant des Partisans

    Motivés (Zebda 2001)

     

     

     

     

    Spécialement dédicacé à ceux qui sont motivés / Spécialement dédicacé à tous ceux qui ont résisté par le passé

    Ami,entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines? Ami,entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne? Ohé partisans,ouvriers et paysans c'est l'alarme Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes

    Refrain:

    Motivés motivés,il faut rester motivé Motivés motivés,il faut se motiver Motivés motivés, soyons motivés Motivés motivés, motivés motivés

    C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse,la misère Il y a des pays ou les gens au creux des lits font des rêves Chantez compagnons,dans la nuit la liberté vous écoute

    Refrain

    Ici chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait quand il passe Ami, si tu tombes, un ami sort de l'ombre à ta place Ohé partisans ouvriers et paysans c'est l'alarme Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes

    RefrainOn va rester motivés pour le face à face On va rester motivés quand on les aura en face On va rester motivés on veut que ça se sache On va rester motivés pour la lutte des classe

     

     

     

     

    LA CHANSON SOUS L’OCCUPATION

    1.D’une drôle de guerre à la défaite

    C’est d’un pas léger que les soldats français partent à la guerre le 3 septembre 1939. Avec la ligne Maginot, la France se croit invincible. Une chanson traduite de l’anglais ridiculise son pendant allemand–la ligne Siegfried-:

    On ira pendre notre linge sur la ligne Siegfried (Ray Ventura et ses collégiens)



    2. Arrivée des allemands. De la séparation à l’espoir du retour

    En juin 1940, après une défaite éclair, la France s’effondre et tombe pour 4 ans aux mains des allemands. Les chansons évoquent la séparation et la tristesse.

    Seule ce soir Lili Marlène / Léo Marjane 1941 Susy Solidor 1942



    3. La chanson, outil de propagande

    Sous le contrôle allemand, les stations en zone occupée sont regroupées sous le nom de Radio-Paris qui diffuse deux programmes: l’un en allemand pour les troupes d’occupation, l’autre en français.

    Les seules nouvelles en français échappant à la propagande nazie ou de Vichy proviennent de la BBC (Radio-Londres)Emission «Les Français parlent aux français» (Extraits : messages codés)

     

     

    Dans les écoles françaises sous le régime de Vichy, chaque matin les élèves entonnent l’hymne dédié au Maréchal Pétain. / Maréchal, nous voilà (André Dassary)

    La musique est construite comme une marche militaire pour donner envie d'entonner cette chanson de propagande. Les paroles célèbrent la gloire (passée) du maréchal.

     

    4.Pénurie et Restrictions: les chansons rationnées

    Le quotidien des français est bouleversé par la guerre, puis par l’Occupation. Très vite, tout vient à manquer: aliments, vêtements, électricité, charbon etc. Pour contrebalancer la dure réalité, le besoin de rire se retrouve dans les chansons d’actualité, qui décrivent les privations forcées sur un ton humoristique.

    La Symphonie des semelles en bois (Maurice Chevalier)



    5. Jazz et swing

    Tant que l’Amérique n’est pas rentrée en guerre, le jazz est toléré sur toutes les radios

    Le swing, forme populaire du jazz, connaît après son heure de gloire. Une véritable «swingomania » s’empare de la France et de sa jeunesse.

    Je suis swing (Johnny Hess)

    A la libération, le Jazz connaîtra un nouvel élan, aux côtés de la chanson française

     

    Echoes of France (Marseillaise en version jazz) Reinhardt,

    La danse swing se danse à deux et met en avant l'humour et l'agilité des danseurs

    Les danses d'aujourd'hui dérivent de cette liberté dans le mouvement surgit en France après la deuxième guerre

    On peut même imaginer aujourd'hui des battle entre danseurs hop hop et danseurs swing. Les Canadiens ne s'en sont pas privés !

     

     

     

    Bob Marley, résistance et solidarité

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    le C.A.M.P. Hosties noires

    L'album "A nos morts" est l'œuvre d'une compagnie de rappeurs et de chanteurs de Strasbourg : le C.A.M.P., Collectif d'artistes pour une mémoire partagée. Il retrace l'histoire des tirailleurs africains, maghrébins et asiatiques - de 1857 à 1945 -, à travers de raps originaux ou de textes fondateurs ("l'Affiche rouge" de Louis Aragon, des déclarations de Jean Jaurès ou de Kateb Yacine) mis en musique et conceptualisé par Yan Gilg. Nous avons ici sélectionné le morceau "Hosties noires". Son titre fait référence à un recueil de poèmes que Léopold Sedar Senghor dédie aux tirailleurs sénégalais en 1948. LesPAROLES du morceau sont également empruntées à deux poèmes grand écrivain franco-sénégalais. 

     

    « Vous tirailleurs sénégalais, mes frères noirs à la main chaude sous la glace et la mort ;

    Qui pourra vous chanter si ce n'est votre frère d'arme, votre frère de sang ?

    Je ne laisserai pas les louanges de mépris vous enterrer furtivement
    [première strophe tirée duPOÈME Ode aux martyrs sénégalais]

    ***

    Je déchirerai les rires banania sur tous les murs de France

    Qui m'invite à sa table et me dit d'apporter mon pain ?

    qui me donne de la main droite et de la main gauche enlève la moitié ?

    Oui, Seigneur, pardonne à la France qui hait les occupants et m'impose l'occupation si gravement
    deuxième strophe tirée du poème "Prière de paix"]

    ***

    On fleurit les tombes, on réchauffe le Soldat Inconnu. Vous, mes frères obscurs, personne ne vous nomme.

    On vous promet 500 000 de vos enfants à la gloire desFUTURS morts, on les remercie d'avance, futurs morts obscurs ...  

     

    Ode aux martyrs sénégalais

    Vous Tirailleurs sénégalais, mes frères noirs à la main chaude
    ----sous la glace et la mort
    Qui pourra vous chanter si ce n'est votre frère d'armes, votre frère de sang ?
    Je ne laisserai pas la parole aux ministres et pas aux généraux
    Je ne laisserai pas - non ! - les louanges de mépris
    ----vous enterrer furtivement.

    Vous n'êtes pas des pauvres aux poches vides sans honneur
    Mais je déchirerai les rires « banania » sur tous les murs de France.
    Car les poètes chantaient les fleurs artificielles
    ----des nuits de Montparnasse
    Ils chantaient la nonchalance des chalands
    ----sur les canaux de moire et de simarre
    Ils chantaient le désespoir distingué des poètes tuberculeux
    Car les poètes chantaient les rêves des clochards
    ----sous l'élégance des ponts blancs
    Car les poètes chantaient les héros, et votre rire
    ----n'était pas sérieux, votre peau noire pas classique.

    Ah ! ne dites pas que je n'aime pas la France
    ----- je ne suis pas la France, je le sais -
    Je sais que ce peuple de feu,
    ----chaque fois qu'il a libéré ses mains,
    A écrit la fraternité sur la première page de ses monuments
    Qu'il a distribué la faim de l'esprit comme de la liberté
    A tous les peuples de la terre conviés solennellement
    ----au festin catholique
    Pardonne-moi, Sira Badral, pardonne étoile du Sud de mon sang
    Pardonne à ton petit-neveu s'il a lancé sa lance
    ----pour les seize sons du sorong.
    Notre noblesse nouvelle est non de dominer notre peuple,
    ----mais d'être son rythme et son coeur
    Non de paître les terres, mais comme le grain de millet
    ----de pourrir dans la terre
    Non d'être la tête du peuple, mais bien sa bouche et sa trompette.

    Qui pourra vous chanter si ce n'est votre frère d'armes,
    ----votre frère de sang
    Vous Tirailleurs sénégalais, mes frères noirs à la main chaude,
    ----couchés sous la glace et la mort ?


    Léopold Sédar Senghor (Sénégal)



    «POÈME liminaire à L.-G. Damas »,
    Hosties noires, (1948), © Éditions du Seuil.

     

    http://www1.rfi.fr/musiquefr/articles/102/article_17288.asp

    cf my space

    https://myspace.com/sonsdlarue/music/song/devoir-de-memoires-10495184-10296368 "Devoir de mémoires"